Loisirs & HobbySavoir inutile : 13 faits insoupçonnés à votre sujet pour vous étonner

Savoir inutile : 13 faits insoupçonnés à votre sujet pour vous étonner

Y a-t-il des connaissances inutiles ? Cela dépend de l’œil de l’observateur. Ce qui est sûr, c’est qu’il existe des faits si bizarres, si drôles et si particuliers que l’on n’aurait pas du tout l’idée de les rechercher. En tant que fan de desserts italiens, vous saviez peut-être encore que « tiramisu » se traduit par « tire-moi vers le haut ». Mais saviez-vous aussi que vous ingérez 5,9 calories lorsque vous léchez un timbre-poste ? Nous avons rassemblé ici encore plus de « connaissances inutiles » : 16 choses fascinantes sur vous que vous ne saviez même pas…

Savoirs inutiles : Le plaisir des faits insolites

Ce paragraphe va vous plaire. Ses lignes sont étroites, ses phrases courtes. Mais saviez-vous que vous lisez beaucoup plus vite les longues lignes ? Cela est dû à notre façon de lire en diagonale ! De nombreux détails de ce type sont régulièrement classés dans la catégorie des « connaissances inutiles ». Il est vrai qu’à première vue, ces connaissances ne nous offrent rien de plus qu’un petit « aha ». Une mini-connaissance sans laquelle nous pouvons malgré tout bien vivre.

Au premier coup d’œil. En fait, le savoir inutile offre une valeur ajoutée insoupçonnée. Il stimule l’envie d’aborder des thèmes inhabituels. Il ne fait pas que nous étonner (ce sur quoi certains font des recherches), il éveille également notre curiosité. Et nous incite ainsi à réfléchir et à penser hors des sentiers battus. De plus, c’est un excellent moyen d’ouvrir la discussion lors de soirées et de petites conversations.

insolite

Exemples de savoirs inutiles

Le savoir sans utilité directe est un champ infini : chaque jour apparaissent de nouveaux « Faits de savoirs inutiles », des questions et des curiosités. Pour vous, nous avons donc listé ici quelques exemples :

  • En Norvège, aucun alcool ne peut être vendu les jours d’élections.
  • Les écureuils roux sont les alcooliques du règne animal. Ils se nourrissent de jus de palme, qui contient quatre pour cent d’alcool.
  • Environ 96 pour cent des enfants américains reconnaissent Ronald McDonald.
  • Les enfants posent environ 400 questions par jour.
  • Justin Bieber aime la musique d’Helene Fischer.
  • Le scarabée rhinocéros est l’animal le plus fort du monde : il supporte 850 fois son poids.
  • Dans le Maryland, il est interdit d’emmener un lion au cinéma.
  • Les koalas, les singes et les humains sont les seuls êtres vivants à posséder une empreinte digitale individuelle.
  • La musique romantique aide réellement à flirter.
  • Vous avez les yeux verts? Lisez ceci.

13 faits sur vous que l’on n’oubliera plus jamais

Même pour la carrière, les connaissances inutiles peuvent être utiles. Après tout, l’homme est un être assez merveilleux et plein de surprises. C’est pourquoi vous trouverez ici une foule de connaissances inutiles et de faits sur vous-même que vous ne connaissiez probablement pas encore…

Vous êtes plus facilement influençable que vous ne le pensez

Nous sommes tous hautement manipulables. Jusqu’à la pointe des cheveux. Mais nous ne l’admettons pas. Dans le monde scientifique, ce phénomène est depuis longtemps appelé « effet de la troisième personne » ou « third person effect ». Il a été découvert par W. Phillips Davison. Il s’est rendu compte que nous aimons l’idée d’avoir le contrôle des choses. En réalité, nous sommes tous les jours dirigés par quelqu’un ou quelque chose d’autre. La plupart du temps inconsciemment. Si nous nous en apercevons, beaucoup se sentent coupables et se disent qu’ils ont été dupés. Désolé si le premier point de cette liste ne vous plaît pas : continuez quand même à lire, car cela en vaut la peine !

Des mouvements synchronisés rendent l’équipe plus efficace

Qu’il s’agisse d’une chorale, de pom-pom girls, de supporters de football dans un stade ou de soldats : dès qu’ils synchronisent leurs mouvements, cela les unit immédiatement. Le scientifique de Stanford Scott S. Wiltermuth a pu démontrer que les personnes qui avaient auparavant synchronisé un comportement quelconque coopéraient ensuite davantage entre elles, même si elles devaient pour cela faire des sacrifices personnels. Si cela vous rappelle la « technique du miroir » ou l’effet caméléon, ce n’est pas une coïncidence ! La sympathie et l’harmonie peuvent être manipulées rien qu’en imitant les micro-gestes de notre interlocuteur. Mais ne les imitez jamais !

Juste avant le but, nous faisons plus d’efforts.

Plus nous nous rapprochons de notre but, plus nous nous efforçons de nous surpasser. Les psychologues appellent également cette ambition démesurée avant la conclusion « Goal-Gradient-Effect« . Cela semble bien au départ. Mais c’est une énorme porte ouverte à la manipulation. Les cartes de fidélité fonctionnent selon ce principe. Et les chefs utilisent également cette technique (inconsciemment) en fixant soudainement des délais plus courts à leurs collaborateurs afin de les stimuler davantage.

30 % de votre temps, vos pensées s’égarent.

Nous ne pouvons pas nous concentrer plus de 90 minutes d’affilée. Ensuite, nos cellules grises ont besoin d’une courte pause. Mais nos pensées s’égarent aussi – plus souvent que nous le pensons : selon Jonathan Schooler de l’Université de Californie à Santa Barbara, nous passons 30 % de notre temps à rêvasser. Si nous exerçons une activité monotone, ce pourcentage peut même atteindre 70%.

Vous choisissez plutôt le premier d’une liste

Lisez à haute voix les termes suivants : « conseils, astuces, candidature, créativité, bureau, réputation, succès, carrière, emploi ». Maintenant, fermez les yeux : de quels termes vous souvenez-vous ? La plupart des gens se souviennent des premiers mots (primacy effect) et des derniers mots (recency effect), mais à peine de ceux qui se trouvent au milieu. Hermann Ebbinghaus a également appelé cela le « Serial-Position-Effect ». Il a un effet secondaire dangereux, connu sous le nom d' »effet d’ordre » : ce qui se trouve au début d’une liste est souvent plus important pour nous. Marc Meredith et Yuvall Salant de l’université de Northwestern ont par exemple découvert que cet effet pouvait influencer les élections : Lors de diverses expériences, le premier candidat de la liste a été élu de manière remarquablement fréquente et ce uniquement parce qu’il était le premier.

Plus l’incertitude est grande, plus vous défendez votre idée.

La véhémence remplace la substance. On peut malheureusement le constater régulièrement au quotidien. Plus nous sommes (ou devenons) incertains de notre cause, plus nous nous justifions et nous défendons. Dans le jargon, on appelle cela la « défense en avant ». Selon Leon Festinger, cela cache un sentiment psychologique de perturbation, appelé « dissonance cognitive ». Une dissonance particulièrement forte apparaît lorsqu’une image de soi jusque-là stable et positive est mise en péril. Certains deviennent alors carrément agressifs. Comme dans la citation : « Seuls les chiens touchés aboient ».

Vous ne pouvez pas avoir plus de 150 amis.

Au début des années quatre-vingt-dix, le psychologue et anthropologue britannique Robin Dunbar a étudié le nombre de contacts ou d’amitiés que notre cerveau peut coordonner. Il en est ressorti ce que l’on appelle le nombre de Dunbar : nous pouvons entretenir des relations stables avec un maximum de 150 personnes (148 pour être précis). Certes, certains ont aujourd’hui beaucoup plus d’amis, de fans et de followers sur Instagram, Facebook ou Linkedin. Mais pour la majorité d’entre eux, la moyenne se situe entre 100 et 200 contacts. Tout est donc normal !

Celui qui demande une faveur devient plus sympathique.

Lorsque nous persuadons quelqu’un de NOUS faire une faveur, nous lui devenons plus sympathiques. Cela semble paradoxal. L’homme qui aide les autres ne devrait-il pas être plus sympathique ? Non, pas du tout ! C’est l’inverse et cela s’appelle l’effet Benjamin Franklin. La raison en est également une sorte d’auto-illusion : Nous essayons inconsciemment de justifier notre comportement à nos propres yeux. « Pourquoi est-ce que je lui rends service ? Je ne suis pas obligé ! Ah oui, certainement parce qu’il/elle me plaît ! » Nous adaptons donc en quelque sorte notre attitude à notre comportement. Ou comme l’a reconnu Benjamin Franklin : « La personne qui t’a fait une fois une faveur sera plus disposée à t’en faire une ».

Si l’on vous crie dessus, travaillez plus dur

Le résultat de l’étude israélienne pourrait maintenant encourager les mauvaises personnes. Mais c’est malheureusement le cas : celui qui se fait crier dessus par son supérieur, par exemple, travaille ensuite effectivement plus durement (mais pas de manière plus créative). Explication des scientifiques : lorsque l’on nous crie dessus, notre cerveau se met en mode noir et blanc. Nous obtenons une sorte de vision en tunnel et nous nous concentrons davantage sur l’objectif.

Votre subconscient sait plus vite que vous.

L’expérience originale en la matière a été réalisée par le neurologue américain Antonio Damasio de l’université de l’Iowa. Il a connecté des volontaires à une sorte de détecteur de mensonges et les a fait jouer avec des cartes préparées. Certains paquets de cartes étaient truqués. Elles permettaient de gagner plus souvent. A partir de la 50e carte, la plupart des participants s’en sont rendu compte et ils ont surtout tiré des cartes de ce paquet. L’évaluation du détecteur a toutefois apporté la sensation : l’instinct avait déjà averti les participants à partir de la 10e carte. Le chercheur Gerhard Roth, spécialiste du cerveau à Brême, est même convaincu que le subconscient peut traiter quelques millions d’informations par seconde, alors que la conscience n’en traite que 0,1 %.

Celui qui sort du rang jouit d’un statut plus élevé

Habituellement, les gens s’efforcent de ne pas se faire remarquer. Cela se traduit par une grande conformité. Par exemple, avec des codes vestimentaires uniformes ou des règles générales de comportement. Mais il existe des situations et des groupes professionnels dans lesquels le statut ne s’élève que par la non-conformité. Face à des professeurs, des créateurs ou des artistes, nous attendons d’eux qu’ils soient un peu excentriques. Plus les cheveux sont ébouriffés et les vêtements criards, plus nous supposons que l’esprit est génial. Cela peut même être utilisé de manière dosée dans la vie quotidienne !

Vous ne pouvez pas résister à une justification

Vous vous souvenez du premier point ? Toujours est-il que vous avez continué à lire jusqu’ici parce que nous vous avons promis que cela en valait la peine. Mais que ce soit vrai ou non n’est pas pertinent. Ce qui compte, c’est le mot « parce que ». Les justifications qu’elles soient raisonnables ou non ont un effet surprenant sur notre psychisme. C’est ce qu’ont pu démontrer les psychologues Ellen Langer et Robert Cialdini. Vous ne croyez pas ? Alors lisez cet article, parce que vous devriez le lire !

impossibilités physiques

Dans la catégorie « Connaissances inutiles », on trouve également cet auto-test : asseyez-vous sur une chaise et soulevez votre jambe droite. Maintenant, balancez votre jambe droite dans le sens des aiguilles d’une montre. Tout en continuant à faire tourner votre jambe vers la droite, regardez droit devant vous et dessinez un 6 dans l’air avec votre main droite ( !) en commençant par le haut… Que fait votre jambe ? Je l’ai eue ! Soit elle reste immobile – soit elle tourne à gauche. Pourquoi ? Parce que notre cerveau ne peut pas coordonner des mouvements opposés sur le même axe corporel. Avec la jambe droite et la main gauche pas de problème. Mais avec la jambe droite et la main droite impossible !

Les plus consultées

Derniers articles

Plus D'article