Premier manifeste Nadaïste et autres textes

Auteurs : Gonzalo ARANGO

Traducteur : Vincent GIMENO-PONS

collection :

date de parution 11/2019

ISBN : 978-2-84562-345-3

118 p. / 14 x 22 cm / 13 €

Une rencontre insolite et intime, poétique et subversive, grâce à Philippe Ollé-Laprune et à Vincent Gimeno-Pons qui nous proposent ici le Premier Manifeste Nadaïste & autres textes de Gonzalo Arango Arias... dont nous rappelons le précieux générique : préface de Jotamario Arbelaez ; postface de Philippe Ollé-Laprune ; traduction du castillan (Colombie) de Vincent Gimeno-Pons.

Qui était Gonzalo Arango ? « Vagabond, parasite, poète ou éternel, en quelque sorte. Bureaucrate occasionnel et destitué. Corrupteur de la jeunesse. Amoureux, marié, raté et récidiviste. Aventurier sans métier connu. Il vit du miracle et des femmes. Il dort dans un monastère. Et, de plus, il est écrivain. » G. A. A., 1966

Un ouvrage inédit en France tiré de l’univers sordide et clos de la Colombie des années 1950.
Pour se lever et crier sa colère.
Pour tous ceux qui écoutent et qui entendent…

Une perle rare.
Une pure énigme.
À lire absolument.
À dévorer sur place.

Quatrième de couverture :
« Membre fondateur du Nadaïsme avec dix autres jeunes poètes, il eut sa première aventure amoureuse à l’âge de six ans, avec une sœur de la Charité, sœur Monica. Il fut exclu de l’école religieuse pour deux raisons : pour sa précocité amoureuse et parce qu’en quatre ans, l’on avait tenté tous recours humains et divins pour lui apprendre à lire et à écrire, en vain. Bachelier, agrégé de philosophie. Déserteur de la patrie stupide et de toute espérance. Il a passé le reste de sa vie à oublier ce qu’il avait appris. Agitateur, ex-détenu de quatre prisons, actuellement en liberté conditionnelle. Vagabond, parasite, poète ou éternel, en quelque sorte. Bureaucrate occasionnel et destitué. Corrupteur de la jeunesse. Amoureux, marié, raté et récidiviste. Aventurier sans métier connu. Il vit du miracle et des femmes. Il dort dans un monastère. Et, de plus, il est écrivain ». Gonzalo Arango Arias, 1966

Avertissement du traducteur VINCENT GIMENO-PONS :
D’emblée, une petite précision s’impose pour ne pas nous taxer de multiplier les « coquilles », tout du moins l’espérons-nous : des textes originaux de Gonzalo Arango, nous aurons conservé, pour en respecter l’esprit, l’orthographe choisie par l’auteur : ainsi, souvent, des noms propres ne portent pas de majuscules et certaines phrases commencent par une minuscule. Il arrive également que des mots communs prennent des majuscules. Nous avons choisi de traduire quelques néologismes inventés par Gonzalo Arango : ils demeurent en italique dans le texte en français.

Pour feuilleter quelques pages de cet ouvrage, cliquer sur le lien ci-dessous :
https://issuu.com/lapasseduvent/docs/premier_manifeste_nadaiste_issu

mots associes


mentions légales | SPIP | webdesign CHOC 02 | | Plan du site |  RSS 2.0